Une sacrée histoire!
Peut-être qu’ils avaient trop de temps libre. Ou qu’ils en avaient assez du vin de messe. À moins qu’il ne s’agisse d’une inspiration divine ? Nous ne saurons sans doute jamais. Ce qui est sûr, en revanche, c’est que les moines de Hoegaarden ont été les premiers à découvrir la recette unique de la bière blanche vers 1445.

Des touristes comme les autres

1445. Cela ne date pas d’hier. En ce temps-là, la Belgique faisait encore partie des Pays-Bas et les Pays-Bas possédaient encore de nombreuses colonies. Et comme de véritables touristes, les Néerlandais avaient l’habitude de rapporter des choses merveilleuses et curieuses de leurs pérégrinations à l’étranger. C’est comme cela que des épices exotiques sont arrivées dans nos régions. Pour le plus grand bonheur de nos moines bien-aimés.

Masterchefs

Certaines sources historiques racontent que la première bière blanche était vraiment très amère. Jusqu’à ce que les moines de Hoegaarden commencent à utiliser les écorces d’orange et la coriandre venues de la colonie de Curaçao. Une découverte divine, qui a contribué à faire de la Hoegaarden la bière mondialement connue qu’elle est aujourd’hui.

Une grande brasserie

La bière blanche a fait sensation à Hoegaarden. Elle est allée jusqu’à transformer le village en une grande brasserie au XVIIIe siècle. En 1709, Hoegaarden comptait pas moins de 12 brasseries. En 1726, ce nombre est monté à 36. Sans oublier les 110 malteries…

La bière du laitier

Tomsin, la dernière brasserie de Hoegaarden, a fermé boutique en 1957. Un peu plus tard, en 1965, les habitants du village se sont (enfin) décidés à faire quelque chose pour préserver la recette originale. Pierre Celis, laitier de son état, a pris le taureau par les cornes et a commencé à brasser une nouvelle cuvée directement dans sa laiterie, en utilisant une simple chaudière à houblon en cuivre. Porté par le succès, il a rapidement emménagé dans des locaux plus spacieux, qu’il a baptisés ‘De Kluis’ (le Cloître), un clin d’œil subtil à l’origine monacale de la bière. En 1985, le clin d’œil n’était plus si subtil, alors qu’il produisait plus de 75 000 hectolitres par an. Au moment où il s’apprêtait à commencer à exporter ses bouteilles aux États-Unis, un incendie assez violent a réduit ses rêves (et la bière) en cendres. La brasserie a été détruite.

Un héritage d’enfer

Il aurait été dommage que la bière blanche belge originelle disparaisse, non ? Aujourd’hui, 9 blanches sur 10 vendues en Belgique sont des Hoegaarden. Ce goût unique est tout aussi apprécié et reconnu dans le reste de l’Europe, en Amérique du Nord, en Australie, à Singapour et en Chine. Pour ne vexer personne, on ne parlera pas de la manière dont y est prononcé le nom de la bière. Mais, pour mettre les choses au clair, on dit « WHOgaarden ».

vous devez avoir atteint l’âge légal de consommation d’alcool pour accéder à ce site

La date de naissance que vous avez fournie n’est pas valide.